•  

     

     

     

    Phare Scintillant 

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

     

    <o:p> </o:p>

    Ya Rahmane!

    Ya Rahime!<o:p></o:p>

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p> 

     

     

    <o:p> </o:p>

    <o:p></o:p> Gloire à Dieu qui nous éclaire par Son Verbe et par Ses Walis (guides) qui, en tout temps, sont présents sur la terre.., réflecteurs vivants de la Lumière de Sa Miséricorde Infinie!

     

    Hommage aux walis.<o:p></o:p>

     

    ****************************

    <o:p></o:p> 

    Une douce vague de chaleur « Sakina », suintant à chacun de Ses mots,<o:p></o:p>

    De bonté, de sagesse, de précision et de concision ;<o:p></o:p>

    Tant de richesse, de noblesse et de délicates attentions.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Source et objectif à la fois, nul doute, l’Amour  purifie,<o:p></o:p>

    Révélant ainsi en l’homme ce qui est caché et beau,<o:p></o:p>

    Par <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la puissante Lumière" w:st="on">la puissante Lumière</st1:PersonName> émanant de Ses  Walis,<o:p></o:p>

    Provoquant  stupeur, étonnements, ravissements<o:p></o:p>

    Puis…, vénération, soumission et anéantissement.<o:p></o:p>

    Annulant toutes questions,<o:p></o:p>

    Sans cesse activant la passion,<o:p></o:p>

    Du cheminant assoiffé au maître,<o:p></o:p>

    Du maître au Maître,<o:p></o:p>

    Et qu’importe puisque, par Sa volonté, le cheminant est uni au maître ?!<o:p></o:p>

    Et qu’importe si le cheminant est uni au maître ?!<o:p></o:p>

    Puisque au Maître tout appartient,

    Au Maître tout revient!<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Où commence l’Un ou fini l’Autre,<o:p></o:p>

    Ronde, par Son Essence même.., infinie<o:p></o:p>

    Quête, sans début ni fin,

    d’une Fin sans Début.<o:p></o:p>

    Quête, sans fin ni début,

     d’un Début qui n’a jamais de Fin<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Folle ivresse, douce folie, affectueuses homélies,<o:p></o:p>

    Blessure d’Aimer, douleur inassouvie..,<o:p></o:p>

    Sans cesse la raison oscille;<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dedans, dehors, au-dessus, au dessous, en avant et en arrière,<o:p></o:p>

    L’Amour (grâces Lui en soit rendues)  est exhalé par le Wali.<o:p></o:p>

    Peut-on s’en approcher sans en être imprégné ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Sur l’Océan de l’Amour, frêle embarcation esseulée,<o:p></o:p>

    Cherchant la direction, la voie, voguant vers la Vérité,<o:p></o:p>

    Voilà soudain, jaillit de ma profonde obscurité,<o:p></o:p>

    Quelques mots, un signe.., et leur évidente sincérité,<o:p></o:p>

    Phare scintillant, étoile du berger,<o:p></o:p>

    Confiance, Paix , Itmi’nane ! Semble la Source susurrer.

    000432

    <script src="http://s27.sitemeter.com/js/counter.js?site=s27zitouna" type=text/javascript> </script>

    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>


    votre commentaire
  • « Nul mortel n’a pu te voir » <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     

    Nul mortel n’a pu Te voir, <o:p></o:p>

    mille amoureux Te désirent pourtant ; <o:p></o:p>

    il n’est pas de rossignol qui ne sache <o:p></o:p>

    que dans le bouton dort la rose.

     

    L’amour est là où la splendeur <o:p></o:p>

    Vient de Ton visage : sur les murs du monastère <o:p></o:p>

    Et sur le sol de la taverne, <o:p></o:p>

    La même flamme inextinguible. <o:p></o:p>

    Là où l’ascète enturbanné <o:p></o:p>

    Célèbre Allah, nuit et jour, <o:p></o:p>

    Où les cloches de l’église appellent à la prière, <o:p></o:p>

    Où se trouve la croix du Christ. <o:p></o:p>

    Hâfez <o:p></o:p>

    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Cœur en lambeaux

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

     

     

     

    Poète! Admirablement tu joues des mots.


    Et moi?! Pauvre de moi! Si homme! Tant du vécu que des maux;
    Vagabond de l'amour, le coeur en lambeaux,
    Priant nuit et jour, sans toi, si mal dans ma peau.

    Toi?! Tu me trouves bon, peut-être même..., beau.
    Toi! Véritable, sincère, un peu magicienne,
    Vois! ma main tâtonnant dans la nuit.., espérant la tienne.

    Dieu! Comme je la voudrais être mienne!!

    Tu es là! Douce, avenante, aimante, caressante!
    Tu es là..! Tremblotante, vulnérable mais confiante et croyante.

    Mon pauvre coeur! Te voilà reparti!
    Qu'elles sont vides et froides les longues nuits de ta nuit!

    Dieu du temps! Fait que Ta Volonté soit,
    Demain sera ce que tu as prévu pour moi.

    Je m'incline, me prosterne et toujours en toi j'ai foi!
    Puis-je espérer meilleure secours que celui venant de Toi?


    Humble, moi l'avide soupirant, assoiffé d'éternel.
    Cheminant sur la route, sans cesse cherchant le Ciel.
    Ton Amour est partout.., je le vois en elle.

    Ecoute ma voix! Entends ma prière!

    Je t'en prie! Protége-la! Prend-la sous ton aile!
    De son coeur et son âme, enlèves toutes les séquelles,
    Des misères de sa vie car.., même si je ne connais rien d'elle,

     je le sais, je le sens.., elle est belle!

    000432

    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>

    5 commentaires
  •  Le monde est miroir

    Sache que le monde tout entier est un miroir,

    dans chaque atome se trouvent cent soleils flamboyants.
     
    Si tu fends le cœur d’une seule goutte d'eau,
    il en émerge cent purs océans.
     
    Si tu examines chaque grain de poussière,
    mille Adam peuvent y être découverts…
     
    Un univers est caché dans une graine de millet ;
    tout est rassemblé dans le point du présent…
     
    De chaque point de ce cercle,
    sont tirées des milliers de formes.
     
    Chaque point, dans sa rotation en cercle
    est tantôt un cercle, tantôt une circonférence qui tournent.

    Mahmûd Shabestari (poète persan du Moyen-Age.....)


    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script><script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script><script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>


    1 commentaire
  • Une Charogne


    Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
    Ce beau matin d'été si doux:
    Au détour d'un sentier une charogne infâme
    Sur un lit semé de cailloux,

    Le ventre en l'air, comme une femme lubrique,
    Brûlante et suant les poisons,
    Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
    Son ventre plein d'exhalaisons.

    Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
    Comme afin de la cuire à point,
    Et de rendre au centuple à
    <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName ProductID="la grande NatureTout" w:st="on">la grande Nature
    Tout</st1:PersonName> ce qu'ensemble elle avait joint;

    Et le ciel regardait la carcasse superbe
    Comme une fleur s'épanouir.
    La puanteur était si forte, que sur l'herbe
    Vous crûtes vous évanouir.

    Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
    D'où sortaient de noirs bataillons
    De larves, qui coulaient comme un épais liquide
    Le long de ces vivants haillons.

    Tout cela descendait, montait comme une vague
    Ou s'élançait en pétillant
    On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
    Vivait en se multipliant.

    Et ce monde rendait une étrange musique,
    Comme l'eau courante et le vent,
    Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
    Agite et tourne dans son van.

    Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
    Une ébauche lente à venir
    Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
    Seulement par le souvenir.

    Derrière les rochers une chienne inquiète
    Nous regardait d'un oeil fâché,
    Epiant le moment de reprendre au squelette
    Le morceau qu'elle avait lâché.

     Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
    A cette horrible infection,
    Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
    Vous, mon ange et ma passion!

    Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces,
    Apres les derniers sacrements,
    Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
    Moisir parmi les ossements.

    Alors, ô ma beauté! dites à
    <st1:PersonName ProductID="la vermineQui" w:st="on">la vermine
    Qui</st1:PersonName> vous mangera de baisers,
    Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
    De mes amours décomposés!

    Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>

    votre commentaire
  • Qui peut se douter du bien-être issu de la foi,

    Plus encore, celui venant de l'oubli de soi?!
    Qui peut, par la suite, oublier cela?! 
    Bienheureux est le méditant,
    Malheur à l'inconscient!

    Et moi?! Éternel estivant,
    Estivant de l'Éternel,
    Campé au bord de l'Océan de L'Amour,
    Tentant de pêcher un peu de Sa grâce,
    Avec pour seuls appâts mes innombrables péchés,
    Patient et fébrile à la fois,
    Sans cesse expérimentant le chaud et le froid, 
    Je L'attend! 
    Pauvre fou!  Il est, a été et sera toujours là! 
    Si prés de moi et moi, si loin de Moi. 
     
    Oh! Aveugle!! me murmure une douce voix;
     Tu ne Le vois donc pas!
    Ferme tes yeux!
    Ouvre ton coeur!
    Fais silence et dénue toi de "moi"!
    Vois et...Crois!

     

      000432

    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>

    <script src="http://s27.sitemeter.com/js/counter.js?site=s27zitouna" type=text/javascript> </script>

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique