• Le christ, l'ascète, l'ivrogne.

    « Nul mortel n’a pu te voir » <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

     

    Nul mortel n’a pu Te voir, <o:p></o:p>

    mille amoureux Te désirent pourtant ; <o:p></o:p>

    il n’est pas de rossignol qui ne sache <o:p></o:p>

    que dans le bouton dort la rose.

     

    L’amour est là où la splendeur <o:p></o:p>

    Vient de Ton visage : sur les murs du monastère <o:p></o:p>

    Et sur le sol de la taverne, <o:p></o:p>

    La même flamme inextinguible. <o:p></o:p>

    Là où l’ascète enturbanné <o:p></o:p>

    Célèbre Allah, nuit et jour, <o:p></o:p>

    Où les cloches de l’église appellent à la prière, <o:p></o:p>

    Où se trouve la croix du Christ. <o:p></o:p>

    Hâfez <o:p></o:p>

    <script type=text/javascript> WEBO_ZONE=7; WEBO_PAGE=1; webogold_ok=0;</script> <script src="http://script.weborama.fr/gold.js" type=text/javascript></script> <script type=text/javascript> if(webogold_ok==1){webogold_zpi(WEBO_ZONE,WEBO_PAGE,333498);}</script>

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :